Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 10:15

 

L’histoire:

 

Le début de toute civilisation humaine a un nom: Salgaldugur, je crois, ou Machin Truc, plus communément appelé Apocalypse. C’est le premier mutant. Un mec surpuissant qui a été emprisonné à jamais jusqu’à ce qu’une idiote décide de faire ce que tous les adorateurs de ce type n’ont pas été capables de faire depuis des millénaires: elle le réveille, cette abrutie. Il n’y aura que les X-Men pour protéger la Terre contre cet ennemi d’un nouveau genre.

 

L’avis de Graspone:

 

Je sais. Je sais que c’est un film tiré d’un comic book. Ceci implique souvent un scénario faiblard et je suis capable de l’accepter. Franchement, un mec déguisé en chauve-souris qui combat à poings nus des mecs armés jusqu’au dents, c’est évidemment invraisemblable mais c’est marrant d’y croire le temps d’un film. Le problème de cet “X-Men” n’est pas qu’il s’y passe des choses improbables mais c’est plutôt que ce qui se passe à l’écran n’est vraiment, mais alors vraiment pas du tout exaltant ni intéressant. Au contraire d’un Iron-Man qui n’a jamais su trouvé un méchant crédible, Cet X-Men n’a pas de héros à la hauteur. Ce sont des bleus (comme Valbuena, avant), des types qui ne savent pas ce qu’ils font là (comme Valbuena), des gros nuls (comme Val... , bon j’arrête) avec un type emblématique présenté dans la bande annonce pour seulement 1min30 de présence effective dans le film. Film qui ne se lance jamais véritablement malgré le déluge d’explosions en tout genre, de cris, de pleurs. Tout ça pour, au mieux, un “Mouais”.

 

Bah oui, on veut du Wolverine qui tabasse et qui balance de la réplique cinglante, du Magnéto méchant qui s’oppose à Charles Xavier, à du Cyclope qui fasse mal. Rien de tout ça. Je ne suis pas sûr que le choix d’un nouveau film sur les origines des X-Men étaient une bonne idée. Encore plus quand il y a un méchant de cette envergure. C’est gâché. Il en résulte un sentiment de téléfilm, de “petit” film qui n’arrive pas à passer pour un grand malgré l'opulence de ses effets visuels. Ce film est un arriviste, en somme.

 

S’il est un point sur lequel on ne peut pas lui reprocher grand chose, c’est bien qu’il est beau, qu’il est techniquement époustouflant. C’est à peu près tout car le reste est moyen ou sans grand intérêt. Quand on vous dit qu’il faut une bonne histoire...

 

Le va-voir-O-mètre: Bof. À part pour les passionnés les plus acharnés du genre ce n’est pas d’un grand intérêt.

 

Repost 0
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 17:32

L’histoire:

Claudette est un docteur en devenir et une surfeuse qui vient du Texas (cherchez l'erreur). Elle décide un jour d’aller sur la plage où jadis sa mère avait passé les meilleures vacances de sa vie. Aïe, Claudette. Mauvaise idée. Le lieu, paradisiaque au premier coup d’oeil, se révèle être un piège mortel. En effet, Ceasaru le requin était là avant et il ne va pas se laisser enquiquiner par ces touristes qui n’ont aucun respect pour son coin de paradis. Une touriste qui s'installe sur son île? Ça sent le plasticage pour les paillotes ainsi que le coup de canines pour Claudette.

 

L’avis de Graspone:

J’ai peur des requins. Si aujourd’hui il passe pour ridicule, “les dents de la mer” n’a pas toujours été dépassé. Aidé par une mise en scène magistrale laissant la place à l’imagination, il a traumatisé toute une génération. Dont moi, donc. De ce fait, les films avec des requins ont toujours une saveur particulière pour moi. On ne peut malheureusement pas dire que la qualité suive toujours. Les “dents de la mer” suivants sont des suites sans saveur, “Peur bleue” était peut-être le meilleur depuis longtemps sans pour autant être inoubliable. Les “Sharknado” et autres productions du genre (“Jurassic Shark”, “Shark attack”, “Sharktopus”, etc.) ne sont pas assez “sérieuses”. Ça fait rire. Pas peur. Il y a bien “Open Water: en eaux profondes” mais son sujet n’est pas véritablement le requin mangeur d’homme.

 

Nous étions donc orphelins de ce genre de films avec une vraie valeur de production et pas juste un film délire destiné à la sortie direct en DVD.

 

C'est là qu'arrive "The shallows: Instinct de survie". Tout d'abord, je vois Blake Lively au casting. Pourquoi pas, mais je reste suspicieux. Puis je craque et regarde un bout de bande-annonce. C'est simple: Une blonde, un rocher entouré d'eau et un requin gros comme le Titanic. Que demander de plus?

 

Pas grand chose en fait. La mise en place n'est pas niaise ou planplan. On monte progressivement en pression jusqu'à ce que Ceasaru lance les hostilités. Il est malin le bougre! Il sait être patient quand il faut et pousser l'héroïne dans ses derniers retranchements. Il est peut-être un peu trop malin d'ailleurs mais ne chipotons pas.

Claudette n'est pas en reste et ne se laisse pas faire sans réagir. Oui, c'est une touriste mais ce n'est pas une raison pour qu'elle se fasse manger comme un jambon de cochon sauvage. La bataille est prenante et indécise jusqu'au bout du bout.

 

Le pire dans tout ça c'est que ça marche. Sur moi, en tout cas. J'en avais peur de me faire croquer les jambes. Les quelques invraissemblances n'étant que des détails n'empêchent pas de se divertir.

 

Le va-voir-O-mètre: Une bonne série Z. J'irai même jusqu'à dire un très bon film de requin qui n'arrive pas à égaler les "Dents de la mer" mais qui n'a pas trop à rougir de la comparaison. Un bon moment pour qui n'est pas trop regardant.

Repost 0
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 16:58

 

L’histoire:

Robert Mazur est balèze. Ce type est un super flic qui donne tout pour son boulot, cependant, il en a marre de n’attraper que le menu fretin. Il a donc la brillante idée de se faire passer pour un blanchisseur d’argent sale pour infiltrer le milieu du trafic de cocaïne. Ce ne sera bien évidemment pas sans risque.

 

L’avis de Graspone:

Vous avez vu “Donnie Brasco”? Non, pas “Donnie Darko” avec Jake Gyllenhaal. “Donnie Brasco” avec Johnny Depp. C’est l’histoire d’un flic qui change complètement d’identité pour infiltrer le milieu de la pègre et qui commence à basculer du côté obscur. Si vous ne l’avez pas vu, courrez le voir. Il est excellent.

 

Je disais donc, vous avez vu “Donnie Brasco”? Vous vous rappelez de l’intensité de certaines scènes? De la tension palpable? Des dialogues au poil?
Bon. Je vous le dis tout de go, ce ne sera pas la même chose pour “Infiltrator”. Non pas que le film soit mauvais mais il est indiscutablement plus mou. On a moins cette peur que le héros soit découvert, qu'il se fasse démasquer et de finir avec des basket en béton et treilli soudé. Les protagonistes ont beau nous répéter plusieurs fois qu'ils risquent leur vie chaque seconde et que la moindre erreur leur serait fatale, ce n’est pas suffisant pour instiguer une véritable tension.

 

On ne peut pas reprocher grand chose aux acteurs dont les personnages ont des caractères bien trempés et quelque peu caricaturaux. La boss qui traite ses subordonnés comme des moins que rien, le coéquipier un peu fou mais qui au fond tient au héros et n’avait pas tort quand il prévenait Robert sur les risques encourrus, etc. C'est plus la mise en scène qui pêche par manque d'inspiration. C'est un peu dommage car l'histoire est intéressante et le côté technique n'est pas négligé (peut-être un peu trop compliqué même, pour les esprits basiques comme le mien).


Le va-voir-O-mètre: Oui, pourquoi pas. Il ne faut pas s’attendre à une grande claque non plus ni au sommet de la mise en scène qui vous clouera à votre siège mais le film a ses atouts dont un casting au top et un scénario intriguant.

Repost 0
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 17:31

L’histoire:

Judy est une lapine qui rêve de devenir flic. Seulement dans ce monde anthropomorphique où les animaux parlent et vont au travail, jamais un lapin n’a réussi à être policier. Elle fera tout pour y arriver et être le meilleur poulet. Un comble pour un lapin…

 

L’avis de Graspone:

 

Je n’ai pas aimé le premier Shrek. J’ai détesté toutes les suites. Le dernier est juste une immonde bouse qui mériterait qu’on le br… Pardon, je m’emporte.

 

Pourquoi vous parle-je du film de l’ogre ? Tout simplement parce que l’un des arguments des critiques de l’époque était qu’il existait une deuxième lecture de ce “conte satirique”. Et mon cul, c'est du poulet ? C’était juste une excuse pitoyable pour nous sortir l’habituelle hypocrisie ricaine: "Tout le monde il est gentil, tout le monde il est beau". Les enfants voyaient que l’ogre n’était pas si méchant et les parents se disaient qu’ils avaient compris la subtilité et qu’ils n’avaient pas perdu leur temps devant un simple dessin animé. Quel gros tas de niaiseries !

 

Maintenant, il y a Zootopie. Ce n’est plus du tout la même chose. Là, il y a une véritable réflexion qui échappera aux enfants mais qui parlera aux adultes. Certes, ce n'est pas toujours très subtil mais au moins ce n’est pas de la psychologie à deux balles ou un discours moralisateur puant. Les questions posées sur la place de l’autre, les différences et l’égalité des chances ne sont pas aussi poussées que dans un essai de philosophie mais sont assez bien traitées dans l’ensemble.

 

Mais ça reste un film pour enfants ? Mais oui, t’inquiète. Les enfants vont adorer. Il y a des chutes, des sidekick rigolos, une héroïne à leur taille à laquelle ils pourront s’identifier. Il faut l’avouer, le film est drôle avec des références simples mais qui font mouche. Le rythme est soutenu même si il retombe quelque peu vers la fin. Le film dure presque 2h, tout de même !

 

Je n’ai aucune idée de ce que donne le doublage français donc je ne vais pas m’aventurer à donner un avis sur ce sujet. En tout cas, en VO, c’est impeccable.

 

Le Va-voir-O-mètre: Un très bon dessin-animé et un bon film. Pour un public large, les thématiques abordées ne sont bien évidemment pas trop approfondies mais suffisamment pour être autre chose qu’un “simple dessin-animé”. Voyons la qualité de ce film, j'en déteste encore plus l'ogre vert.

Repost 0
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 17:49

C’est bon, j’en ai marre, il faut que ça sorte.

Je préviens, je m’apprête à faire mon Malcolm X à 2 balles (de francs hein, même pas d’euros. C’est dire). Je suis tombé dans le métro sur cette affiche d’un film appelé “Braqueurs”.

 

 

Ni une ni deux, je me dis immédiatement il s’agit d’un film romantique relayant les difficultés rencontrées par Mrs Bennet qui doit marier ses filles dans l’Angleterre du 17e siècle. Oui, bien sûr… Trêve de plaisanterie, on a droit, bien entendu, à un film d’action musclé et, si l’on en croit le trailer, tout ce qu’il y a de plus haletant. Je vous laisse juger par vous même:

Quel est donc le problème, me direz vous ? Toujours le même. Le grand méchant, la figure du mal, le dealer, le mauvais est incarné par un noir. Non seulement un noir mais un rappeur à succès. Une figure, qu’on le veuille ou non, de référence pour la jeunesse. Que voit donc les jeunes ? Ils voient que leur rappeur préféré est un dealer, un adepte des armes lourdes. Quelle belle manière de les inspirer ! Il serait dommage d’être une figure positive au cinéma. Il ne faudrait pas passer pour un bolos, non plus.

 

Alors oui, certains jeunes pourront avoir suffisamment de recul pour savoir qu’il ne s’agit que de cinéma mais, pour d’autres, il constituera peut-être un rêve. Combien sont-ils encore à croire que les rappeurs sont véritablement des gangsters, des vrais méchants alors qu’au final ce ne sont que des artistes ayant senti le filon ?

 

En plus, son adversaire, qui est également issu d'une minorité, est un braqueur. Le "héros" maghrébin est une crapule qui braque des fourgons blindés. C'est de mieux en mieux !

 

Les adultes ne sont pas en reste puisque, la plupart du temps, quand ils voient un bronzé à la télé et/ou au cinéma, il n’a pas le beau rôle mais représente plutôt un stéréotype sur pattes (accent débile, armes à la main, dealers et/ou drogués, j’en passe et des meilleurs). Il est d'autant plus facile d'acquérir des automatismes quand les mêmes personnes associées toujours aux mêmes caractéristiques sont servis sans cesse par les divers écrans.

 

Encore une fois, ce n’est que du cinéma et ce film sera peut-être bon (si les bonnes parties ne sont pas toutes dans le trailer). Cependant, ne faudrait-il pas mieux pousser pour avoir des figures de minorités affichés de manière positive ? Afin de montrer, par exemple, que le héros n’est pas obligatoirement clair de peau ou que la sublime héroïne n’est pas forcément belle car blonde ?

 

Bref, on n’y est pas encore.

Repost 0
Published by Al Graspone - dans Le trailer du moment
commenter cet article
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 17:05

L’histoire:

 

Truc et ses potes sont sortis du Labyrinthe et ont trouvé un groupe de personnes prêt à les aider. Mais qui sont véritablement ces gens ? Quelles sont leurs réelles intentions ? Que se passe-t-il dehors, sur la Terre Brûlée ? La réponse après la pub !

 

L’avis de Graspone:

 

Je me rappelle encore du premier film du “Labyrinthe” Cette adaptation presque parfaite du bouquin du même nom. L’ambiance, les situations, les personnages tout était respectée à la lettre près. Un respect tel du livre qu’on avait l’impression de le voir s’animer devant nos yeux. Du jamais vu... Non, je déconne, j’ai pas lu les livres ! Mais un jour, peut-être.

 

En tout cas, je me rappelle véritablement du premier film qui avait été une assez bonne surprise. Ce n’était pas un film d'action pour adolescent exactement comme les autres. Il était intriguant même si il ne pouvait se passer de quelques stéréotypes (le petit gros rigolo et sympa, le noir musclé, le type qui introduit le héros aux us et coutumes de la communauté, etc.). J’ai été véritablement pris. Une bonne histoire bien racontée, des monstres effrayants et assez inédits et une pointe de mystère. Que demander de mieux.

 

Il était donc normal que la suite développe un peu plus l'histoire et nous montre à quoi ressemble ce monde dévasté, nous explique comment on en est arrivé là et plante le décor en nous dévoilant les méchants, les gentils. Bah voilà. C’est ce qu’ils font. Le problème ? Mais on l’a vu 20 fois dans les 20 derniers films du genre sortis. Toute l’originalité ? Partie ! Disparue ! Mêmes les ennemis sont ceux qu’on connaît déjà (ils sont biens casse-pieds, d'ailleurs. Trop présents), les situations dans lesquelles se retrouvent les protagonistes, les choix auxquels ils sont confrontés. Plus aucune originalité !

 

Il reste quand même que le titre n’est pas usurpé. En effet, le film (livre également, soit dit en passant) s’appelle “The Maze Runner” en version originale. Si on pouvait s’attendre à ce que les héros courent dans un labyrinthe étrange et dangereux, ils n’ont pas perdu leur habitude dans cet opus. Les héros courent tout le temps. Ils découvrent un truc, ils courent. Ils font une connerie, ils courent. Ils font d’ailleurs les mêmes bêtises que tous les abrutis qu’on voit d'habitude dans les films de zombies. L’auteur ne cherche plus l’originalité, la nouveauté. Trop compliqué sans doute, et c’est ça qui est dommage.

 

Le Va-voir-O-mètre: Mouais. C’est dommage, c’était bien parti avec le premier et puis on nous sert la même soupe qu’ailleurs. En pas mieux fait. L’effet de surprise est retombé tout comme l’intérêt.

Repost 0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 18:01

L’histoire:

 

Justine (Je ne me rappelle plus de son nom donc je vais l’appeler Justine) est une agent de terrain du FBI. Elle défonce des portes et mitraille du mexicain à tire-larigot. C’est marrant au début mais s’installe vite la routine. Sa vie va cependant basculer quand Johnson (J’vais l’appeler Johnson, ouais) lui propose de venir l'assister pour une opération secrète.

 

L’avis de Graspone:

 

Ça défouraille sec, ça envoie du pâté, c’est dynamique. Sicario est un film comme on en a vu pas mal mais il a un petit quelque chose en plus. Sa mise en scène tient le spectateur toujours sous tension, son histoire est prenante et ses acteurs sont des pointures. Il y a quelque chose encore. C’est le sujet qu’aborde le film.

 

Il est, en effet, question de la lute contre les trafiquants de drogue et leurs méfaits mais tout n’est pas si limpide que cela en a l’air. Le traitement et les choix du réalisateur nous placent devant des scènes d’une violence inouïe justifiée par la nécessité de tout faire pour combattre le trafic de drogue. Les méthodes nous sont présentées presque comme la seule alternative et puis c’est bien fait pour les méchants trafiquants. Je peux comprendre que les critiques du "Masque et la plume" aient pu être choqués… Ouais, bon ce sont des prudes aussi. Qu’ils gueulent parce que “Case Départ” est le premier et seul film français abordant le sujet de l’esclavage et là je les soutiendrais mais, en l'occurrence, c’est juste ridicule.

 

Comme je vous l’ai dit, la mise en scène est assez magistrale du début à la fin avec une ambiance sonore qui empêche d’être serain. Tout peut arriver à tout moment. Le choix des acteurs est irréprochable. Del Toro est toujours aussi impeccable et flippant.

 

Le Va-Voir-O-mètre: En bref, un bon film de cinéma. Je fais confiance aux gens allant le voir pour avoir suffisamment de recul sur le sujet abordé et son traitement. Tout cela mise à part, c’est un bon moment à passer.

 

 

Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 16:56

L’histoire:

 

Dieu, ou un mec sensé être dieu, est un pauvre type, irascible, unique responsable de tous les malheurs du monde. En bon pauvre type, il maltraite sa femme et bat sa fille. Cette dernière en a marre de cette vie et décide de s’en aller comme son frère l’a fait quelques millénaires avant. Le gars part sur Terre la chercher.

 

 

L’avis de Graspone:

 

Vous avez vu la bande annonce ? Ça a l’air marrant comme film, non ? Ben non ! C’est pas marrant. Il y a bien un ou deux moments assez rigolos mais ça s’arrête là. Donc si ce n’est pas une comédie, quelle est la catégorie dans laquelle on peut ranger ce film ? Si il n’est pas obligatoire, ni nécessaire d’ailleurs, de tout ranger dans des catégories, ça peut aider tout de même. Au moins, vous saurez que si vous voulez rigoler et passer un moment agréable, ce n'est peut-être pas le meilleur choix.

 

Mais alors, c’est quoi ce film ? J’en sais trop rien à vrai dire. Sans être un drame, le film raconte une histoire plutôt triste avec des gens dont la vie fait pitié tout ça à cause de dieu. Un évènement va alors bouleverser la vie des humains et nous sommes invités à suivre plus précisément celles de 6 apôtres. Ce qui était une idée plutôt pas mal et assez originale est malheureusement desservie par des choix étranges et un scénario pas très clair.

 

Le casting de rêve du film pouvait laisser espérer quelque chose de grand mais, là encore, c’est une déception, mis à part une scène de Poelevoorde. D’ailleurs, l’affiche montre ce dernier comme si il était un élément essentiel du film ? Ouais, ça aussi c’est faux, en fait. Si il est très présent au début, il l’est beaucoup moins par la suite. De plus, il n’a quasiment aucun intérêt dans l’intrigue. Le reste des acteurs rend un copie morne, monotone. Même François Damiens. C’est dommage.

 

Enfin, il y a cette histoire qui laisse le spectateur avec beaucoup de questions, qui ennuie profondément et qui est filmé façon caricature de film français. Je me suis parfois cru devant un sketch des “Inconnus” devant certaines scènes L’humour en moins.

 

 

Le va-voir-O-mètre: Difficile de vous conseiller ce film. Difficile parce que c’est le genre de productions qui laisse inquiet: “Suis-je trop bête pour avoir compris ce film ? Pour avoir compris le message, pourtant clair, du réalisateur?”. Si vous êtes un artiste, peut-être apprécierez vous. Personnellement, la branlette intellectuelle, anticléricale à deux euros, ça me laisse de glace.

 

Repost 0
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 16:29

Celui-là fait mal ! Très mal !

 

Le premier trailer de "Batman Vs Superman" m'avait intrigué mais alors celui-ci me donne envie d'hiberner jusqu'au mois de mars 2016 pour voir le film. Là ! Maintenant ! Tout de suite ! Comment ça, ce n’est pas possible ?!

 

Voici la bande annonce, avec les sous-titres, et qui ne dévoile pas trop. Ce n’est pas souvent le cas, alors profitons-en. J'avais très peur avant de presser lecture mais on en voit suffisamment pour avoir envie  mais pas trop. À la bonne vôtre:

Ça faisait longtemps que je n'avais pas sauté devant mon écran d'excitation. Excitation qui est vite retombé quand je me suis rappelé qu'on ne verra pas le film avant le 23 mars 2016 !

On peut apercevoir dans ce trailer les deux protagonistes principaux et leurs motivations les amenant à se rencontrer et s'affronter mais aussi Lex Luthor, Wonder Woman, des immeubles qui explosent, des voitures qui explosent, des pains aux raisins qui explosent. Tout explosent mais pas à la Michael Bay. Ça explose classe. Attention.

 

Je n'en peux plus d'attendre !

Repost 0
Published by Al Graspone - dans Le trailer du moment
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 17:05

L’histoire :

Tony Stark est une tête brulée. Il décide, sans en référer aux autres Avengers, d’utiliser une technologie extraterrestre pour créer une Intelligence Artificielle qui aurait pour mission d’aider les Avengers dans leur lutte contre le mal. Bien évidemment, il va se brûler les doigts puisque rien ne va se passer comme prévu. Du coup, les autres vont devoir cravacher pour rattraper les bêtises d’Iron Man. Si seulement ils avaient été là pour rattraper les catastrophiques « Iron Man 2 » et « Iron Man 3 »…

 

L’avis de Graspone :

C’est simple : On s’en fiche. Non, sérieusement, on s’en moque complètement de ce qui se passe à l’écran. Autant pour le premier film j’étais vraiment intéressé, je me demandais ce qui allait se passer et j’étais amusé par les petites blagues arrivant de temps à autres.

 

Alors, les blagues sont toujours là mais pour le reste, il est difficile de retrouver ce qui avait fait le sel du premier épisode. Pour moi ça tient à un souci de scénario : Les Avengers enchainent les boulettes toutes plus évitables les unes que les autres et on ne ressent pas du tout le danger pour la Terre. Embêtant tout ça. L’ennui ne tarde pas à pointer le bout de son nez. J’avais un ami qui m’avait dit, en parlant du premier, « Il ne se passe rien durant les 45 premiers minutes ». Il est triste de constater qu’il ne se passe rien avant les 45 dernières minutes cette fois-ci.

 

Il est vrai que les fans de comics s’y retrouveront, que les fans de RDJ le verront au sommet de son art d’Iron Man et que quand ça commence à tabasser ce n’est pas à moitié, malheureusement ça fait quand même assez léger tout ça, après l’émerveillement des premières minutes. Le méchant a l’air trop faible et passe son temps à fuir, c’est la foire d’empoigne chez les gentils, les humains sont quasi inexistants. Résultat, difficile de se sentir intéressé.

 

Le va-voir-O-mètre : Mouais. Il faut bien continuer à regarder surtout quand on a vu tous les autres films de super-héros mais ce n’est vraiment pas la claque qu’avait été le premier épisode.

 

Repost 0