Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 20:16

L’histoire :

Chappie est un robot mais pas n’importe quel robot. C’est un robot doté d’une intelligence artificielle. Il a tout à apprendre et ses fréquentations auront une grande influence sur lui. Tu penses bien que quand il va se faire kidnapper, ce ne sera pas par Albert Einstein mais plutôt par Dumb and Dumber. Ambiance garantie.

 

L’avis de Graspone :

 

Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est quoi cette vieille déception ! Oui, déception ! Tout à fait Madame, et je vais vous expliquer pourquoi.

 

Neill Blomkamp, le réalisateur de « District 9 », nous fait une M. Night Shyamalan. C’est-à-dire que son premier film connu est autant apprécié par le public que par la presse puis tous les suivants sont moyens au mieux, voire excécrables. « District 9 » était tout simplement un des meilleurs films de l’année 2009. Depuis, à chaque fois, j’attends avec impatience les films de Blomkamp. « Elysium », avec Matt Damon, était déjà une grosse déception mais je me suis dit que c’était sans doute dû au passage au mode de production américain qui aurait alors dénaturé le projet.

 

J’avais donc encore de l’espoir pour « Chappie ». Un film avec un excellent postulat de base. Imaginez un robot aux capacités qui nous paraissent sans limite qui se fait kidnapper par une bande de loubards alors que son créateur tente de le ramener sur le droit chemin. Certes, ça sent le rechauffé mais qu’importe. « D9 » traitait d’extraterrestres arrivant sur Terre, rien de bien nouveau non plus. On retrouve certains éléments qui ont fait le succès du premier film de Blomkamp, en premier lieu desquels l’Afrique du Sud mais aussi… En fait, non, c’est tout ce qu’il y a comme points communs. Le reste, malheureusement, n’a plus grand-chose à voir.

 

Que s’est –il passé alors ? Tout simplement, le fric est passé dans les effets spéciaux et les acteurs. Ah ça, des acteurs de renom, il y en a une pelleté. Ça va de Hugh Jackman à Sigourney Weaver en passant par Dev Patel. S’il suffisait d’aligner les grands noms pour faire un bon film, ça se saurait. Ici la mayonnaise ne prend pas, la faute à un des scénarios les plus fainéants de ces dernières années. Il n’y a absolument rien de nouveau, rien que l’on n’ait pas déjà vu des centaines de fois dans les dernières productions sorties. Le héros au bon cœur qui arrive à créer le robot presque par hasard, le méchant qui ne croit pas du tout dans le héros ou ses créations. Le méchant est, bien évidemment, plein d’ambition et il pense que son projet chéri n’est pas apprécié à sa juste valeur. La patronne qui est prête à tout pour se faire le plus d’argent possible et qui est soit trop stupide ou trop cupide pour agir comme il faudrait. Je ne sais pas combien a été payé le scénariste pour ce film mais il ne s’est pas bien fatigué. Il n’y a peut-être que l’idée de faire appel à Yolandi Visser et Watkin Tudor Jones du groupe Die Antwoord qui ne soit pas une catastrophe. Il apporte une touche de folie au film ce qui l’empêche d’être une copie carbone des pires films de séries Z.

 

C'est prévisible, d'un ennui mortel, d'un rythme à endormir un enfant hyperactif et c'est miéleux à en vomir. L'influence américaine et ces bons sentiments se fait cruellement ressentir.

 

Le va-voir-o-mètre : Ce « Chappie » aurait pu être une grande réussite. Malheureusement, par manque d’ambition et par pur fainéantise, il n’est qu’un film d’action comme les autres. Sa bonne idée de base ainsi que ses gros moyens sont les seules choses qui font qui lui ont fait échapper à l’anonymat le plus total.

Partager cet article

Repost 0

commentaires