Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 20:16

L’histoire :

Chappie est un robot mais pas n’importe quel robot. C’est un robot doté d’une intelligence artificielle. Il a tout à apprendre et ses fréquentations auront une grande influence sur lui. Tu penses bien que quand il va se faire kidnapper, ce ne sera pas par Albert Einstein mais plutôt par Dumb and Dumber. Ambiance garantie.

 

L’avis de Graspone :

 

Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est quoi cette vieille déception ! Oui, déception ! Tout à fait Madame, et je vais vous expliquer pourquoi.

 

Neill Blomkamp, le réalisateur de « District 9 », nous fait une M. Night Shyamalan. C’est-à-dire que son premier film connu est autant apprécié par le public que par la presse puis tous les suivants sont moyens au mieux, voire excécrables. « District 9 » était tout simplement un des meilleurs films de l’année 2009. Depuis, à chaque fois, j’attends avec impatience les films de Blomkamp. « Elysium », avec Matt Damon, était déjà une grosse déception mais je me suis dit que c’était sans doute dû au passage au mode de production américain qui aurait alors dénaturé le projet.

 

J’avais donc encore de l’espoir pour « Chappie ». Un film avec un excellent postulat de base. Imaginez un robot aux capacités qui nous paraissent sans limite qui se fait kidnapper par une bande de loubards alors que son créateur tente de le ramener sur le droit chemin. Certes, ça sent le rechauffé mais qu’importe. « D9 » traitait d’extraterrestres arrivant sur Terre, rien de bien nouveau non plus. On retrouve certains éléments qui ont fait le succès du premier film de Blomkamp, en premier lieu desquels l’Afrique du Sud mais aussi… En fait, non, c’est tout ce qu’il y a comme points communs. Le reste, malheureusement, n’a plus grand-chose à voir.

 

Que s’est –il passé alors ? Tout simplement, le fric est passé dans les effets spéciaux et les acteurs. Ah ça, des acteurs de renom, il y en a une pelleté. Ça va de Hugh Jackman à Sigourney Weaver en passant par Dev Patel. S’il suffisait d’aligner les grands noms pour faire un bon film, ça se saurait. Ici la mayonnaise ne prend pas, la faute à un des scénarios les plus fainéants de ces dernières années. Il n’y a absolument rien de nouveau, rien que l’on n’ait pas déjà vu des centaines de fois dans les dernières productions sorties. Le héros au bon cœur qui arrive à créer le robot presque par hasard, le méchant qui ne croit pas du tout dans le héros ou ses créations. Le méchant est, bien évidemment, plein d’ambition et il pense que son projet chéri n’est pas apprécié à sa juste valeur. La patronne qui est prête à tout pour se faire le plus d’argent possible et qui est soit trop stupide ou trop cupide pour agir comme il faudrait. Je ne sais pas combien a été payé le scénariste pour ce film mais il ne s’est pas bien fatigué. Il n’y a peut-être que l’idée de faire appel à Yolandi Visser et Watkin Tudor Jones du groupe Die Antwoord qui ne soit pas une catastrophe. Il apporte une touche de folie au film ce qui l’empêche d’être une copie carbone des pires films de séries Z.

 

C'est prévisible, d'un ennui mortel, d'un rythme à endormir un enfant hyperactif et c'est miéleux à en vomir. L'influence américaine et ces bons sentiments se fait cruellement ressentir.

 

Le va-voir-o-mètre : Ce « Chappie » aurait pu être une grande réussite. Malheureusement, par manque d’ambition et par pur fainéantise, il n’est qu’un film d’action comme les autres. Sa bonne idée de base ainsi que ses gros moyens sont les seules choses qui font qui lui ont fait échapper à l’anonymat le plus total.

Repost 0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 15:27

L’histoire :

Riggan Thomson, une ancienne gloire des films d’actions où il incarnait le héros « Birdman », tente de relancer sa carrière avec une pièce de théâtre à Broadway. Il est difficile de monter une pièce mais peut-être encore plus quand on porte un ancien personnage comme un boulet.

 

L’avis de Graspone :

Arrêtez tout, lâchez ce que vous faites et allez voir Birdman. Vous allez soit adorer son côté décalé, sa mise en scène dynamique et ses personnages complètements fous ou vous allez adorer … son côté décalé, sa mise en scène dynamique et ses personnages complètements fous !

 

Ce quasi reportage dans les entrailles de la création d’une pièce de théâtre est prenant. D’une part grâce à cette histoire et ces rebondissements mais aussi grâce à sa troupe d’acteurs qui sont tout simplement incroyables. Les deux principaux, Michael Keaton et Edward Norton sont de retour à leur meilleur niveau et pourraient valoir d’aller voir le film à eux seuls mais ils ne sont pas seuls ! Galifianakis, Stone, Riseborough sont eux aussi excellents.

 

Le monde du show-business en prend pour son grade avec ses stars capricieuses, ses personnalités dérangées, ses hypocrisies masquant mal le mépris que chacun a pour les autres. C’est très plaisant et on ne s’ennuie pas une seconde, surtout avec cette manière de filmer caméra à l’épaule. C’est comme si tout le film n’était qu’un immense plan séquence. Ça donne au tout un dynamisme rare.

 

Le va-voir-O-mètre : Carrément ! Un indispensable !

 

Repost 0
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 16:54

Oubliez "Batman Vs. Superman", oubliez "Terminator Genesis" ou même "Jurassic World", voici LE trailer du moment et c'est celui d'un film qu'on n'attendait pas: "Bambi". Tout comme "Cendrillon", il s'agit d'un film avec de vrais acteurs reprenant les grandes lignes du dessin animé du même nom.

 

Ici le casting fais rêver puisqu'il reprend celui des "Fast and Furious" avec Dwayne "The Rock" Johnson dans le rôle de Bambi ! Ça s'annonce rempli d'action, d'explosions et de gros guns ! Ouais, vous avez bien lu, des armes à feu. Du pur délire !

 

Trêve de palabres, voilà le trailer:

Vous l'aurez compris, il s'agit d'une parodie mais ça laisse rêveur quand même. En tout cas plus que "Cendrillon" justement. C'est bien dommage que ce ne soit pas une véritable production...

 

Mention spéciale pour Ludacris et son morceau "Wham Bam Bambi" dont les paroles n'ont rien a envier à celle du vrai Luda !

Repost 0
Published by Al Graspone - dans Le trailer du moment
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 17:52

L’histoire :

 

Steve est un garçon difficile. Sa mère, Diane, une veuve qui essaye de joindre les deux bouts est obligée de le prendre chez elle après que Steve se soit fait une nouvelle fois virer de son établissement spécialisé. Il s’installe alors une relation entre cette mère qui aime son enfant et ce dernier qui lutte pour être le plus « normal » et intégré possible. Ils pourront compter sur l’aide Kylia leur voisine d’en face.

 

 

L’avis de Graspone :

 

Ce film est un grand coup de poing. Il vous choppe par les tripes et ne vous lâche pas sans vous secouer dans tous les sens. Ce parcours d’une mère et son enfant qui tentent de se débrouiller seuls au monde ne peut laisser insensible.

 

Dolan sait filmer et mettre en valeur le combat et l’amour de cette femme pour son fils. Sans tomber dans les clichés ni le sentimentalisme à deux francs, il nous donne l’impression de vivre chaque instant à leur côtés, de vivre leurs bonheurs, leurs péripéties, leurs moments tristes. Il nous rappelle que la vie est belle mais peut s’avérer bien cruelle.

 

Non seulement Dolan sait filmer mais, en plus, il sait s’entourer. Ses acteurs donnent vie à ce film et sont bluffants de justesse. Si Anne Dorval et Suzanne Clément sont exceptionnelles, il en est de même pour Antoine-Olivier Pilon dont c’est le premier film. Les joies comme les moments les plus violents sont si bien interprêtés qu'il est difficile de ne pas être touché.

 

Pour ne rien gâcher, la technique est irréprochable et la mise en scène au poil. Il n'y a rien à jeter, je vous dis! Par contre, il faut pouvoir supporter l'accent québécois. Ce n'est pas inssurmontable mais il vaut mieux être prévenu.

 

 

Le Va-voir-O-mètre : Foncez les yeux fermés! C’est, à mon avis, un des meilleurs films de ces dernières années. Tout simplement.

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 16:42

L’histoire :

Dracula est mal. Il a énervé le mauvais turc et son pays va se faire balayer par une armée bien trop puissante. Que faire dans ce cas ? Rien d’autre que d’aller trouver l’ermite du coin qui se retrouve être un vampire qui n’a qu’une envie : passer sa malédiction au premier désespéré qui passe par là.

 

L’avis de Graspone :

Non, « Dracula Untold » ne révolutionnera pas le monde des vampires. Non, au contraire d’un « Underworld » (qu’on aime ou qu’on déteste), il n’apporte pas de vision particulièrement nouvelle à part sur les origines du mal (et même sur ce point c'est pas clair et ennuyeux). En fait si, il y a quelque chose de neuf : un côté mélodramatique malvenu qui ne m’a pas convaincu.

Les acteurs sont des habitués des productions à gros budget hollywoodiennes. Ils font le taf. Rien de plus. Non pas qu’il y ait trop la place pour montrer un véritable talent dans de ces conditions. L’histoire de ce Dracula se perd et nous avec. Les intérêts et motivations des personnages sont obscurs et mêmes inintéressants au possible.

Je ne vais pas mentir, j’ai lâché. J’en pouvais plus et ça me saoulait. Je m’en fichais de ce Dracula et de ces turpitudes ridicules, je m’en fichais de ce méchant aussi effrayant qu’une huitre (quoiqu’avariée, c’est méchant une huitre). Les multiples batailles sont d’un fouillis indescriptibles et risquent de vous faire soulever un sourcil, guère plus.

 

Va-voir-O-mètre : Mouais bof. À moins d’être un fan des films de vampires et de Dracula, voir ce film n’est pas indispensable. L’action trop confuse et disparate ne rattrape même pas ce presque naufrage.

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 16:06

L'histoire:

Harold et Krokmou continuent à chercher les ennuis et ne tardent pas à les trouver. Des chasseurs de dragons veulent s'attaquer à Beurk afin d'enrôler leurs dragons dans l'armée d'un mystérieux viking.

 

 

La critique de Graspone:

Si vous n'avez pas vu le premier "Dragons", allez-y! Choppez le DVD et montrez le à vos enfant, ils vont adorer. Il y a de fortes chances que vous aussi! Je ne serais pas aussi enthousiaste concernant cet opus. L'histoire tirée par les cheveux uniquement justifiée par le succès du premier épisode ne retrouve pas du tout la magie du premier épisode. Sans être pour autant mauvais, ce film ne restera pas dans les mémoires.

 

Comme on pouvait s'y attendre, l'effet de surprise n'est plus là, comme souvent avec les suites. Le film trouver difficilement ce second souffle qui permettrait qu'on s'emballe. Il le doit principalement au capital sympathie du premier.

 

Les scénaristes ont tenté de relancer l'intérêt par l'introduction d'un personnage mystérieux. C'est sympathique, touchant même mais c'est un peu léger.
Sinon, rien de nouveau sous le soleil de Beurk. Mêmes dragons à peu de chose près, mêmes blagues, mêmes décisions de têtes brûlées. Pas très passionnant tout ça même si ça reste efficace.

 

 

Va-voir-O-mètre: Vous l'aurez compris, sans être mauvais ce "Dragons 2" n'apporte rien de nouveau et souffre forcément de la comparaison avec le premier. Il n'est pas assez novateur, moins intéressant. En deux mots comme en cent: Pas indispensable.

Repost 0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 16:26

Salut, ça va? Bonne année, tout ça? Meilleurs vœux en tout cas.

 

Bon, voilà, je n'ai pas publié grand chose pendant quelques temps. C'était en parti parce que je ne prenais plus le temps de le faire (et non pas que je n'avais pas le temps. Oui, Guillaume, c'est pour toi que je dis ça!) mais aussi parce que je me suis dit "De quel droit donnes-tu ton avis sur quelque chose qu'un réalisateur et ses assistants ont mis des mois à préparer". C'est pas faux parce que, au final, qui suis-je? Je vous passe les crises, les litres de rhum, les antidépresseurs pour venir à cette conclusion: Je suis personne mais ON S'EN FOUT !! Je fais ce que je veux! Je continuerai à donner mon avis et puis le reste n'a aucune importance !

 

Tout ça pour dire que j'ai failli me prendre la tête et prendre tout ça au sérieux. Sans déconner! Manquerais plus que ça! Sachez que vous lirez des critiques qui n'ont de valeur que si vous voulez avoir l'avis de Graspone. Vous voilà prévenu.

Sur ce, je vais aller écrire quelques petits trucs qui me passent par la tête.

 

A bientôt

 

Al Graspone

 

Repost 0
Published by Al Graspone
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 16:56

L’histoire :

 

C’est un Woody ! L’histoire, vous la connaissez déjà !

L’avis de Graspo… Quoi ?! Vous voulez vraiment l’histoire ? Bon, Ok :
Un vieux, névrosé jusqu'à l'os, rencontre une jeune femme. Il ne sait pas ce qu’il veut mais va peut-être succomber aux charmes de la donzelle.

Voilà ! Je vous avais prévenu ! Vous la connaissez déjà l’histoire ! C'est Woody Allen.

 

 

L’avis de Graspone :

La grande question ! Est-ce un bon Woody ou pas ? Après un excellentissime "Blue Jasmine" qui avait été précédé par des films pas tous inoubliables, allait-on retrouver l’excellence ?

 

Mouais. Bof. Je m’explique : Le film n’est pas mauvais, loin de là. Très loin de là, même. D’ailleurs, les amateurs de WA retrouveront tout ce qu’ils aiment chez lui. Ceux qui cherchent juste un bon film pourront trouver leur compte même si il y a quelques éléments qui peuvent gâcher le plaisir.

 

Tout d’abord, il sait bougrement bien filmer le père Allen. C’est beau et ça sent l’amour pour la France et son arrière-pays. Ensuite, il sait très bien s’entourer. Le cast est impeccable. Pour finir, il sait très bien écrire puisque les situations amusantes ne sont pas rares et le flegme anglais est moqué de bien belles manières.

 

Ça s’annonce très bien quand même! Oui, c’est vrai. Cependant, il y a un petit hic. Allen fait de l’Allen à outrance concernant son héros et d'autres. En effet, le bonhomme sonne faux. C’est malheureusement le cas pour pas mal de personnages très haut en couleurs. Trop peut-être. Ça manque alors de chaleur, de vie. De vérité en somme.

 

 

Le Va-Voir-O-mètre : Le film a les défauts de ses qualités. En nous montrant des gens drôles par leur décalage à la réalité, il manque de cette petite touche de vivant qu’on retrouvait dans un « Blue Jasmine ». Un bon Allen mais pas un grand film.

Repost 0
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 17:41
Les gardiens de la galaxie [par Al Graspone]

L'histoire:

Un groupe de loser venant des 4 coins de l'univers doit s'unir afin de sauver la galaxie. Ils en sont, en quelque sorte, les gardiens...

La critique de Graspone:

J'ai bien rigolé. Voilà un film d'action qui ne se prend pas trop au sérieux mais sans se moquer de ses spectateurs. Pas de morale ridicule, pas de chauvinisme américiain, juste une bande de crétins qui font leur possible pour ne pas s'entretuer et, s'ils ont le temps, sauver le monde. Certes, rien d'original dans le fond mais la forme y est et c'est pas si mal ces derniers temps.

Ne vous attendez pas au sérieux d'un "The Dark Knight" ou d'un "Man Of Steel", ici, c'est plutôt la légèreté qui est mise en avant. un bon bol d'oxygène même pour celles et ceux qui n'apprécient pas forcément ce genre de productions. Le public ciblé restant, bien évidemment, les amateurs de comics mais pas uniquement eux.

Le scénario est un grand classique du genre nous racontant comment un groupe d'individus très différents les uns des autres et se détestant au plus au point devront s'allier pour combattre le grand méchant. Rien d'extraordinaire mais c'est bien fait, c'est intéressant et c'est marrant.

La mise en scène et les effets spéciaux sont d'un excellent niveau et, en plus, les acteurs font le travail plus qu'honorablement. On pardonnera les quelques faiblesses d'un scénario qu'on n'attendait pas comme forcément très recherché.

Le Va-Voir-O-mètre: Un bon moment de ciné avec suffisamment d'action et d'humour pour plaire au plus grand nombre. Le blockbuster de l'été, à mon avis.

Repost 0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 18:40
Lucy [par Al Graspone]

L'histoire:

C'est "Limitless" avec des pouvoirs magiques. Pour ceux qui ne l'ont pas vu, il s'agit de l'histoire d'une femme banale qui se retrouve à devoir faire la mule pour faire passer la douane à une nouvelle drogue. Elle va faire une overdose de cette drogue et pouvoir , grâce à elle, utiliser toutes les capacités de son cerveau.

La critique de Graspone:

Mouais. En fait, même pas "Mouais", ce film ne mérite même pas un mouais. Il doit tout le foin qu'on en fait au fait qu'il est réalisé par Luc Besson (qui n'a rien fait de potable depuis des années) ainsi qu'à la présence de Scarlett Johansson. C'est un peu léger mais il faut croire que ça suffit. Il y a les effets spéciaux aussi. Ces derniers pourraient être le seul point positif de la chose mais ils sont trop inégaux. Si certains sont vraiment beaux et impressionnants, d'autres sont tout bonnement ridicules et sentent bon les années 90. J'ai une préférence toute particulière pour la scène où l'on voit un trou dans l'intérieur du ventre de l'héroïne qui amène directement à la circulation sanguine MAIS sans la faire saigner jusqu'à la mort. La classe.

Avant, Besson savait raconter des histoires. Avant. Ne voulant pas faire du cinéma américain à 100%, il y avait toujours une dose de folie dans ses films. "Le Cinquième Elément" en est un bon exemple. Il y avait mis une bonne dose de sérieux mais aussi suffisamment de loufoque pour permettre de reconnaitre la patte Besson. Cet équilibre n'existe plus, dû à une fainéantise dommageable au film. Les raccourcis faciles sont légions et le loufoque a laissé sa place à la bouffonnerie, pour faire rigoler facilement. Aucune recherche, rien, le vide intersidéral. La mise en scène est lourdingue avec des plans de documents animaliers répétés jusqu'à épuisement du spectateur. Un peu à la manière du pénible "Requiem for a Dream". Le délire philosophique de la fin ressemble fortement à du gain de temps et à un manque d'inspiration.

Il reste Scarlett ,(oui, on en est à s'appeler par le prénom Scarlett et moi!), qui fait son boulot toujours aussi impeccablement. Avec Morgan Freeman et Min-sik Choi, ce sont les seuls à surnager dans ce naufrage.

Le Va-voir-O-mètre: "Tu savais à quoi t'attendre, non?". C'est ce que m'a dit un ami. Il avait raison, le bougre. C'est de l'attendu, du convenu, de la bonne grosse bouse prétendument hollywoodienne. Les quelques rares bonnes idées sont perdues dans une masse de conneries. M'a énervé celui-ci.

Préférez-lui "Limitless", bien plus intelligent.

Repost 0