Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 12:21
The Raid 2

L’histoire :

Après avoir survécu à l’assaut d’un immeuble par une armée de brigands armés jusqu’aux dents, Rama se retrouve de nouveau dans de beaux draps. Cette fois-ci, on lui demande de s’infiltrer dans un gang afin de pouvoir le démanteler de l’intérieur. Rama va alors se retrouver au milieu d’une guerre entre différents groupes criminels.


L’avis de Graspone :

De l’action qui tatane sévère. Si c’est ce que vous recherchez alors vous allez être servis. Mais attention, on ne vous prend pas pour des cons (Michael Bay, c’est vers toi que se tourne mon regard !), pas d’histoire faussement compliquée ou artificiellement rallongée pour faire de la pellicule ! Pas de bimbo uniquement là pour assouvir les plus bas instincts masculins. Non, à la place, vous aurez une histoire bien construite, haletante, tendue par moment et qui justifie pleinement des grands moments d’action à couper le souffle.


Ne vous attendez pas non plus à un film d’auteur, faut pas exagérer, mais, au moins, ça ne ressemble pas juste à un enchainement de scènes d’actions sans queue ni tête. Les acteurs font leur boulot et les cascades sont impressionnantes. Le film de kung-fu (ou apparenté) est amené au sommet de l’action. C'est à nous en faire oublier l’histoire du mec qui cherchait sa statue.


Le va-voir-o-mètre : C’est simple. Si vous voulez de l’action à l’indonésienne, Si « The Raid », le premier, vous a plu, si vous voulez vous lavez les yeux après « Trasnformers 4 », ce film est pour vous ! Les autres, les amateurs de films plus posés, soyez prévenu !

Repost 0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 17:45

-Luc Besson: J'AI! J'ai LE scénario pour mon prochain film!

 

-Scénariste stagiaire: Vous n'aviez pas dit que vous arrêtiez après Arthur et l...

 

-LB: Ta gueule!

 

-S: D'accord.

 

-LB: C'est simple, écoute. T'as entendu ces histoires prétendant qu'on utiliserait que 10% de notre cerveau?

 

-S: Comme dans le film "Rendez-vous au Paradis".

 

-LB: Ferme la, j'ai dit! C'est simple: Basé sur ces bêtises, des types louches ont créé un médicament qui permet d'accéder à 100% du cerveau. Un quidam qui passait par là, et qui n'a rien demandé à personne, se retrouve en possession du médoc, se fait poursuivre mais, grâce au produit, il devient super intelligent et réussi à prévoir tout ce que font les méchants, devient trop balèze en combat. Là, tu rajoutes des explosions,  tout le tintouin et le tour est joué !

 

-S:Euh... Chef?

 

-LB: Ouais? Quoi!?

 

-S: C'est le pitch de "Limitless", quasiment mot pour mot.

 

-LB: Rien à voir. Premièrement, j'ai pas vu "Limitmachin" et je n'ai jamais entendu parler de ce film. Deuxièmement, à la place de Bradley Cooper on met une belle pépé. Troisièmement, On balance la sauce, mon pote!!

 

-S: Je ne vous suis pas... Et puis, comment vous savez pour Bradl...

 

-LB: Tais-toi ! Elle, au contraire de l'autre clochard là, peut contrôler les éléments, faire bouger des trucs sans y toucher, changer la couleur de ses cheveux, de ses yeux! Elle sera, mmmmmmmh,... SANS LIMITE!!

 

-S: D'accord patron, mais...

 

-LB: Au fait, je n'ai plus besoin de toi. Je viens d'écrire l'histoire! T'es viré!

ça sort le 6 août avec, dans le rôle de la pépé, Scarlett Johansson.

Les déçus de "Under The Skin" devraient trouver ici un film avec plus de pêche.

 

Une dernière chose. Le film est officiellement annoncé avec une durée de 1h29. Ce qui veut dire qu'en enlevant les 2 minutes de générique de début et les 4-5 minutes de celui de fin, on aura donc un film d'environ 1h23. Je sens d'ici les personnages profonds, l'histoire recherchée, etc. Ce succès, déjà annoncé, promet! Je ne sais pas quoi mais il promet!

Repost 0
Published by Al Graspone - dans Le trailer du moment
commenter cet article
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 18:16

http://fr.web.img5.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/14/05/20/18/01/385412.jpgL'histoire:

Robots, Combats, Mark Whalberg, Fille sexy.


L'avis de Graspone:
C'est l'histoire d'un des plus gros doigts d'honneur de ces dernières années. Michael Bay est autant connu pour sa poésie et sa finesse que Patrice Evra et Ribery pour leur parfaite utilisation du français. Tout pour planter le décor. Du coup, attendu au tournant, le sieur Bay décida qu'il était temps d'en donner à tout le monde: Encore plus d'explosions pour ravir ses groupies patentés et encore plus d'explosions pour bien faire enrager ceux qui le détestent.


Au milieu de ça, il y a les gens comme moi, laissés froid devant le déluge inutile d'effets spéciaux et de pétarades en tout genre et lassés devant le vide intersidéral que représentent les semblants de scénario des précédents opus. Cet épisode ne sera pas un grand changement. Au final, pour moi, c'est l'ennui qui l'a emporté tant les batailles de robots n'avaient rien de l'épique d'un "Pacific Rim" même si elles restaient, sans doute, le seul bon point du film. Avec l’actrice, quand même.

 

Justement, les acteurs ont été changé mais c'est comme si tout était pareil. Shia Laboeuf (qui depuis "Les Stevens" a trouvé grâce à mes yeux) est remplacé par un Whalberg qui fait le boulot. Un peu plus sérieux tout en étant suffisament loufoque pour ce genre de productions, il est accompagné d'une ribambelle de faire-valoir ainsi qu'une bimbo là uniquement pour appâter les non-geeks. Pour les geeks, les robots suffisent.

 

Tout ça pour dire que si vous avez toujours apprécié le travail de Michael, vous ne serez pas déçu. Il a fait exploser la barre ainsi que la moitié de la planète avec cet épisode de Transformers. Il s'est affranchit du côté adolescent mal fini de son précédent héro, côté qui en agaçait plus d'un, et à trouver une nouvelle égérie qui n'a pas à rougir devant ses prédéces(soeurs jumelles). Les autres n'y trouveront que peu d'intérêt (La fille. Quelques combats mais pas tous), sinon aucun.

 

Le Va-Voir-O-mètre: C'est du ciné McDo. C’est du Bay. Si ce n’est pas votre tasse de thé, mieux vaut l’éviter.

Repost 0
Published by Al Graspone
commenter cet article
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 16:04

http://fr.web.img3.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/14/05/07/15/58/238222.jpgL'histoire:

Une extraterrestre, fraichement arrivée sur Terre, a pour mission d'attirer les hommes dans son antre et de les faire disparaitre.


L'avis de Graspone:
Celui-ci est difficile. Je veux dire par là qu'il est compliqué de donner un avis qui ne vous fasse pas fuir ce film, tout ceci sans que cela passe pour de la branlette intellectuelle.
Car oui, dans ce film, il ne se passe pas grand chose, oui, il y a de longs plans où la caméra ni rien d'autre ne bouge, oui, le scénario est très obscur, oui, le film est long et (très) lent, mais, ça reste une expérience rare dans le cinéma de grand public.


Ce voyage initiatique d'une alien faisant son boulot mais qui ne reste pas insensible aux us et coutumes de la planète qu'elle "attaque" est intéressant même si il ne se laisse pas facilement approcher. Ne vous attendez pas aux explosions et à l'action d'un "Edge Of Tommorrow" (qui a ses qualités propres) mais plus à un ovni (haha!) qui rappelle les bons moments d'un Terrance Malick.


Scarlett Johansson est la pierre angulaire du film centré quasi uniquement sur elle. Impeccable dans son rôle d'étrangère, elle fait plutôt bien ressentir la solitude de cet être loin de chez elle dont on se sait si elle aime ce qu'elle fait ou si on l'y a forcée.


L'histoire est simple et se laisse découvrir tranquillement. Très (trop?) tranquillement peut être. En plus, il y a plusieurs points qui ne sont pas éclairci mais il est toujours possible que je sois complètement passé à côté d'une explication cachée.


Le Va-Voir-O-mètre: Vous l'aurez compris, attention, ce film s'adresse principalement aux personnes recherchant une approche particulière du cinéma. Laissez vous tenter, ça vaut le coup.

Repost 0
Published by Al Graspone
commenter cet article
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 19:01

http://fr.web.img6.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/14/03/04/14/58/474265.jpgL'histoire:

Une famille de catholique, et donc forcément raciste, se retrouve confrontée au terrible constat qu'aucune de leur 3 premières filles n'a épousé de "bons français catholiques comme il faut". Attention à la quatrième! Problème: elle est passée du côté obscur de la force, et, comme chacun sait, "Once you go Black, you never go back"!

 

L'avis de Graspone:

Oui, je sais, j'ai pris mon temps. Déjà, je vais voir les films quand je veux et puis je n'étais pas pressé de me mélanger à une foule de personne déjà acquise à ce nouveau succès du cinéma français. Bon, ça n'a servi à rien, la salle était bondée. Pas un problème en soit mais avoir tout le monde plié en quatre quand on a décoché à peine un sourire vous fait vous poser des questions.

 

Comme vous l'aurez compris, je n'ai pas beaucoup rigolé durant la comédie de l'année. J'avais le sentiment que les blagues communautaires (n'en déplaisent à certaines) que je fais avec mes amis étaient un poil plus drôles que celle du film. Il est vrai qu'il faut que le film parle au maximum de personne mais il s'autocensure et n'utilise que de l'humour consensuel, qui ne choquera ni ne froissera personne. Le résultat est assez ennuyeux.

A côté de ça, par couardise ou par manque d'inspiration (mais bien sûr), la seule confession religieuse qui passe pour véritablement raciste est la religion catholique. J'aurais adoré voir aussi les autres aller un peu plus loin que de petites vannes innocentes. Que tout le monde en prenne pour son grade, quitte à faire grincer quelques dents. C'est le choix du consensuel qui a prévalu. Quel dommage.

 

Les acteurs sans être mauvais ne sont pas fantastiques. Une mention spéciale à la famille africaine et surtout le père qui surnage tout de même. Les amateurs de Christian Clavier seront aux anges puisqu'il nous ressert la même soupe que depuis des années. Rajouter lui une moustache et filer lui de la potion magique et vous faites un retour de 12 ans en arrière.

 

En bref, si vous cherchez un film à l'humour facile et consensuel, que vous vouez un culte sans limite à Christian Clavier, c'est LE film pour vous. Sinon, les blagues sont attendues à des kilomètres à la ronde (mis à part de rares exceptions) et c'est bourré de clichés.

 

Le Va-voir-O-mètre (parce que FUCK les notes) : Si vous n'avez rien de mieux à faire, que vous avez une carte illimité et que tous vos amis sont pris ce soir-là.

Repost 0
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 13:04

http://fr.web.img4.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/415/21041568_2013091910085449.jpgL'histoire:

 

Solomon Nothup, un homme noir né libre, marié avec des enfants se fait piéger par deux hommes qui le vendent comme esclave dans le sud américain, toujours esclavagiste. Il fera tout pour retrouver sa liberté. A commencer par survivre.

 

L'avis de Graspone:

 

En voilà, une histoire qui ne s'annonce pas particulièrement marrante. Je vous rassure tout de suite elle ne l'est pas mais ce film est une telle claque qu'il est difficile de passer à côté d'un pareil chef d'oeuvre.

 

Il y a tant de choses justes dans ce film. A commencer par le scénario. Inspiré du livre du même nom (que je n'ai pas lu), il nous plonge au coeur de l'horreur de ce qu'est l'esclavage et jusqu'à quel point l'être humain peut être bon ou mauvais. Surtout mauvais, malheureusement... La réalisation est, elle aussi, à la hauteur puisque, loin de tomber dans le sentimentalisme, Steve McQueen II (Shame, Hunger) fait passer son message avec des scènes épurés, dures, que l'on ressentirait presque comme si on était présent. Le découpage des scènes qui semble brutal et cru à pour effet de nous plonger directement dans l'action. Les musiques discrètes mais très bien choisies ne servent pas à nous faire artificiellement pleurer mais bien à accompagner la narration. Si plusieurs fois il est difficile de garder les yeux à l'écran tant la cruauté atteint des sommets, c'est d'autant plus difficile que certaines scènes peuvent être très longues. Vous voilà prévenus.

 

Pour ne rien gâcher, le casting est fantastique et ce n'est pas pour rien que Lupita Nyong'o a obtenu un oscar même si elle n'a pas la seule à briller. Le réalisateur montre avec brio qu'il est possible de faire un film sur un sujet si sensible sans tomber dans le sentimentalisme ou le sensationnalisme.

 

Le Va-Voir-O-mètre: C'est simple: Indispensable! Un des films de l'année.

Repost 0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 14:50

http://fr.web.img5.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/060/21006036_20131025171007628.jpg

L'histoire:

 

La vie, les joies et tristesses de différents habitants de différentes parties de la Chine. Du mineur lassé par la corruption sévissant dans son village, au tueur à gage en passant par un hôtesse d'accueil d'un sauna repoussant les avances d'un riche client, on découvre un visage jusque là inconnu par beaucoup de cette chine qui bouge vite. Peut être trop.

 

L'avis de Graspone:

 

Que voilà une vision pessimiste de cet immense pays qu'est la Chine. est désespéré de l'évolution de son pays et utilise son film pour le faire comprendre. C'est à travers plusieurs histoires qui ne semblent, au premier abord, pas liés mais qui, on le découvre au fur et à mesure, le sont plus ou moins fortement.

 

Ici point d'histoire d'amour ou de gangsters mais plutôt la vie de tous les jours décrite crûment et parfois même cruellement. Il n'est pas possible de rester insensible face à ces vies bousculés par l'évolution rapide d'un système ou les plus démunis ne sont ni protégés ni aidés et où les plus riches sont ceux qui en profitent le plus. C'est un cri de ces petits que personne n'entend que nous propose le réalisateur.

 

Pour cela, il s'est entouré d'acteurs plus que convaincants qui, mis dans des situations extrêmes se retrouvent à devoir agir comme jamais ils n'aurait imaginé. Les différents scénarii sont prenants même si certains se traînent plus en longueur que d'autres. Ils ne manquent pas de faire passer chacun leur message donnant un film traitant de la vie de tous les jours tantôt touchant, drôle ou effrayant.

 

Le Va-Voir-O-mètre: Un indispensable au cynisme et au pessimisme terrible.

Repost 0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 12:28

http://fr.web.img2.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/099/21009987_20130607161738976.jpg

L'histoire:

 

Deux ploucs viennent de se faire virer et décident de se tourner vers les nouvelles technologies afin de s'offrir un avenir dans l'effrayant monde du futur.

 

L'avis de Graspone:

 

Il est loin le temps où Owen Wilson et Vince Vaughn nous faisait encore rire. Il est assez ironique de constater que l'histoire de ce film pourrait s'appliquer à leur carrière dans une certaine mesure. Ils n'ont plus tourné dans une bonne comédie depuis bien longtemps, la dernière étant "Wedding Crashers" (Sérial Noceurs). Depuis, côté comédie marrante, c'est la morne plaine, la traversée du désert mais ils essayent de revenir.

 

Je ne sais pas de qui leur est venu l'idée de génie de faire un film sur Google mais ils se sont lancés, les fourbes. Ce qui aurait pu être une idée excellente se transforme vite en une énorme publicité pour Google et leur manière de traiter leurs employés. Le film tente de traiter des difficultés d'adaptations de ces vieux briscards à des technologies auxquelles ils ne sont pas habitués, seulement il ne le fait qu'avec des blagues et situations potaches. Le duo nous a habitués à bien mieux. ça sent la paresse.

 

La performance des deux stars sent le réchauffé et, même si on sent l'énergie qu'ils y ont mis, ça ne suffit malheureusement pas à arracher plus qu'un sourire par-ci par-là. Les gags ne sont pas à la hauteur de ce qu'on peut attendre de ces gars.

 

En plus, on se fait servir des visions politiquement correctes et tellement idylliques que ça en devient lassant très rapidement. C'est le propre des films avec des underdogs mais, là, avec l'humour en moins, c'est insupportable.

 

Va-Voir-O-mètre: Seulement pour les énormes fans de Wilson/Vaughn ou ceux qui se touchent en pensant à Google.

 

Repost 0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 11:59

http://fr.web.img2.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/104/21010443_20130802122346322.jpg

 

L’histoire :

 

Pour sauver l’Amérique, quatre grands malades (appelés les Nouveaux Pères Fondateurs) ont décidé de légaliser tous les crimes une fois par an durant 12h. Ceci allant du vol, au meurtre en passant par les pires cochoncetés pouvant passer par l’esprit humain. Pour comprendre le stress que cela peut engendrer, nous sommes inviter à suivre les pérégrinations d’une famille suffisamment aisée pour se payer la dernière protection possible.

 

L’avis de Graspone :

 

Je vous laisse deviner que les dites protection ne vont pas tenir. Ne vous attendez pas à une méthode particulièrement ingénieuse ou marrante. Non, juste la première idée qui vous passera par la tête aura suffit aux vilains pour entrer dans la maison et tenter d’écarteler les gentils.

 

Je vous raconte tout ceci non pas pour vous gâcher la surprise (la bande annonce le fait suffisamment) mais pour vous montrer le niveau de nullité scénaristique que ce film peut atteindre. Sous ces faux airs de dénonciation, de film subversif, se cache un film creux qui se contente de reprendre les plus gros clichés des films de ces 20 dernières années. Le père qui défend le système et en profite mais qui se retrouve de l’autre côté de la barrière, la mère qui soutient son mari tout en se réveillant au fur et à mesure, la fille qui ne peut être que stupide et ne prendre que des décisions plus débiles les unes que les autres, et, bien sûr, le fils qui est un geek qui utilise des jouets qui vont sauver la situation. Oui, un père, une mère, une fille et un fils. Il ne doit manquer que le chien pour que les américains se fassent pipi dessus tellement cette famille est parfaite. Pour parachever le tout, les méchants sont vraiment méchants et vraiment fous !  Pas d’ambiguïté, pas de décisions difficiles, pas d’intelligence, pas grand-chose… Même pas de surprise puisque le twist final est aussi prévisible qu’un Nadal Vs. Gasquet.

 

Dans ces conditions, il est difficile d’être entraîner par une histoire qui est tellement banale qu’on n’y prête plus aucune attention. Le suspens ne sauvera pas le film du naufrage prévisible.

 

Le Va-voir-O-mètre (parce que FUCK les notes) : Non, pas la peine!

Repost 0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 11:26

http://fr.web.img2.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/056/21005616_20130514100052863.jpg

 

L'histoire:

Gore Verbinski essaye de réitérer le succès de "Pirates des CaraÏbes" en transposant son histoire dans le monde du Far West.

 

L'avis de Graspone:

 

Gore a eu l'idée de faire passer Johnny Depp de pirate à amérindien. C'était une riche idée! Est-ce que tu crois qu'il l'a fait?! Est-ce que tu crois qu'il l'a fait?! Non? Si si! Il l'a fait, mais il s'est arrêté là! Il a jeté de la poudre aux yeux. J'ai vu, j'ai été observateur. Verbinski avait fait un film de pirate alors que c'était un genre complètement mort et en a fait un véritable succès. Il a sans doute pensé pouvoir faire la même chose avec le Western.

 

Dommage mais cette fois-ci, ça ne passera pas. Il semblerait que le film fasse un énorme flop. Il fallait s'y attendre tant "Lone Ranger" n'est véritablement que "Pirates des CaraÏbes" en moins bien. Prenez Johnny Depp, par exemple. Il a été dit que c'était un rôle différent, un nouveau visage pour lui... Rien n'est moins faux. Il y joue exactement le même rôle qu'il joue depuis 10 ans.

 

De plus, Verbinski fait du Verbinski, en nous sortant un film au scénario tellement inutilement complexe et incompréhensible que tout intérêt s'envole. Le premier "Pirates", en 2003, était relativement simple et le dernier trop compliqué. Là, pourquoi se prendre la tête? Autant faire compliqué dès le début! Accroche toi Jeannot parce que si tu ne t'endors pas, tu vas voir des gens agissant de manière inexplicable, ou même complètement stupide. Laissez votre esprit divaguez une seconde et vous perdrez le fil que même les scénaristes ont du mal à suivre.

 

Les acteurs sont d'un classique et d'un ennui à mourir. Depp fait donc toujours la même chose tout comme Helena Bonham Carter. On se croirait presque dans un film de Burton. Les autres ne sont ni particulièrement mauvais, ni exceptionnels juste plats. Inintéressant.

Il ne reste que les effets visuels pour sauver ce naufrage mais ce n'est guère suffisant. Ça sonne tellement creux que le joli habillage ainsi que les scènes d'actions n'arrivent pas à cacher l'absence totale d'une histoire passionnante, ou drôle, ou même effrayante. Quelque chose quoi ! Bah non, rien.

 

En bref, si vous avez quelques difficultés à vous endormir, ne cherchez plus, voici votre salut. Si on croit au début tomber sur un western rafraîchit, c’est juste une transposition d’un ancien succès avec exactement les mêmes éléments. D’un ennui mortel et énervant de par sa complexité inutile.

 

La note de Graspone : 7/20

Repost 0