Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 17:39

20158079.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg L'histoire:

Lors d'une expérience qui a mal tourné, le professeur Bruce Banner a reçu des radiations qui l'ont transformé à tout jamais. Désormais, quand Bruce s'énerve, son alter-.... Hé, attendez une minute! Je me trompe de super-héros là! Il y en a tellement ces derniers temps qu'il est facile de se tromper. Donc, ici c'est l'histoire d'un quidam que l'on pense quelconque (mais qui en vrai blablabla, vous connaissez la suite) qui obtient des super-pouvoirs après s'être fait piquer par une araignée. Dommage qu'il ne ce soit pas fait piquer par un éphémère, le film aurait durer moins longtemps.

 

La critique de Graspone:

 

Revoici, de nouveau, l'homme araignée! Non, il ne s'agit pas d'un euphémisme mais bien du retour de Spidey, encore. En effet, le premier épisode, sorti en 2002 subit déjà un remake. Il s'agit même plus d'un reboot de la série. En gros, au cinéma comme dans les jeux vidéos, quand les producteurs sont en manque total d'inspiration et en gros besoin d'argent, ils reprennent une série de films dès le début. Ainsi, ceux qui ont loupé les films du début du millénaire peuvent se rattraper et profiter d'effets spéciaux remis au goût du jour et d'une vision qui peut différer des originaux.

 

ça, c'est pour la partie théorique. En pratique, il est difficile de faire un reboot tellement différent qu'il est impératif d'aller le voir mais c'est tout à fait possible. L'exemple le plus frappant est bien sûr Batman avec Begins et The Dark Knight. Un reboot parfaitement réussi qui se justifie tant Nolan amène véritablement quelque chose de neuf au héros. Ce n'est malheureusement pas le cas pour ce film-ci.

 

Et pourtant, je n'ai vraiment pas aimé les Spider-man de Sam Raimi tant ils étaient gamins et américanistes jusqu'au bout des ongles (entre autres défauts). Le cru de cette année ne les fera pas oublier et réussit même l'exploit d'être plus mauvais encore. Les acteurs actuels ne sont pourtant pas pire que les précédents, les effets visuels sont clairement un ton au-dessus mais, malgré tout cela, il reste comme un arrière goût étrange dû au fait que le film a, passez moi l'expression, le cul entre deux chaises. Si Batman a choisi le côté sérieux et sombre pleinement assumé, et The Avengers plus le côté comics avec des gags et du second degré, Marc Webb n'a pas semblé savoir où mener sa barque. Il en résulte des moments totalement inégaux ou on passe du burlesque au sérieux d'une scène à l'autre sans que cela ait un sens, ou même un intérêt quelconque. Résultat, il est facile de s'ennuyer, voire de s'agacer devant tant de potentiel gâché par un manque de courage évident quant à la direction à prendre.

 

Comme il est rare que les opus suivants s'arrangent (sauf pour, encore une fois, Batman), ce n'est guère encourageant pour la suite mais il n'est pas interdit de rêver. Et puis, il n'y a plus Tobey McGuire et sa tête à claque et c'est plutôt pas mal.

 

En bref, cet épisode de l'araignée se veut plus proche de la bande dessinée originale mais le réalisateur n'est pas arrivé à en faire un véritable film. Il ne plaira sans doute qu'aux fans inconditionnels pas trop regardant sur la qualité. Du genre, ceux qui ont aimé la catastrophe "Superman returns"...

La note de Graspone:7/20

Repost 0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 03:25

darkshadowsL'histoire:

Une sorcière tombe éperdument amoureuse d'un homme de bonne famille mais celui-ci a le cœur déjà pris. Pour lieu de vengeance, la mégère jette un sort aux deux tourtereaux. Si madame n'en réchappe pas, monsieur est transformer en vampire. Il vivra donc éternellement dans la peine et le regret. Quelques siècles plus tard, il est sorti de sa léthargie et constate, avec effroi, que ce qu'il reste de sa glorieuse famille. Il se décide à tout reprendre en main mais c'était sans compter sur la sorcière.

 

L'avis de Graspone:

Qu'il est triste de voir ce que le temps peut faire sur quelqu'un d'aussi brillant que Tim Burton. Cet homme a réalisé des films tantôt Blockbuster, tantôt indépendant mais toujours avec sa touche personnelle. Cette patte qui faisait que l'on reconnaissait sinon une histoire bien à lui, au moins sa manière de voir les choses. Si certaines de ces productions peuvent parfois être ennuyeuses voir trop excentrique pour quelques personnes, elles ne pouvaient laisser indifférentes.

Ce temps là est malheureusement terminé et ce depuis des années désormais. En effet, Le père Burton ne sait plus quoi dire et, surtout, ne sait plus comment le dire à sa manière. Je n'ai besoin de citer qu'"Alice au pays des merveilles" pour que tout le monde se rende compte que l'ancien prodige n'est plus que l'ombre de son ombre. Et ce n'est pas le présent film qui va arranger les choses. au contraire, il ne fait que confirmer du fait de son éclatante médiocrité la décrépitude de celui qui, autrefois, était insolent. Burton a rangé son côté dérangé et dérangeant pour un habit de cinéaste hollywoodien tout ce qu'il y a de plus conventionnel et donc ennuyeux.

 

L'ennui. Voici ce qui caractérise le mieux ce film. Si les premières minutes laisse entrevoir une lueur d'espoir, On déchante très vite au fur et à mesure que l'on avance dans cette histoire qui n'a que peu d'intérêt. Les personnages ne vont pas remonter le niveau puisqu’ils sont soient inintéressants au possible soit totalement inexploité. Soit carrément totalement insupportable (Helena Bonham Carter, par exemple).

 

Alors oui, on retrouve tous les vieux artifices habituels du vieux Tim pour essayer de faire passer la pilule mais il faudra plus qu'un Johnny Depp encore une fois impeccable pour sauver le film du désastre. On connait désormais ce Burton, il est alors difficile d'être surpris. D'où, encore une fois, l'ennui. Les camarades de Depp ne lui sont pas d'un grand secours, enfermés comme ils le sont dans des rôles dont il semble qu'il n'est pas été aussi travaillé que celui de l'acteur principal. Une constante désormais. Réussir à rendre mauvaise Eva Green est une des tristes performances de ce film. 

 

Tout n'est pas à jeter cependant. Par moment, il arrive quelques scènes, quelques instants où l'on peut revoir surgir le décalage d'antan mais ces moments sont trop rares pour qu'il soit agréable de voir "Dark Shadows".

 

En résumé, seuls les fans inconditionnels de Burton et Depp, aveuglés par leur amour inconsidéré pour ce duo autrefois prolifique et formidable, pourront véritablement apprécier cette œuvre. Pour les autres, ceux qui sont objectifs, c'est juste un chemin de croix de presque deux heures!

 

La note de Graspone: 7/20

 

Repost 0
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 18:54

Lockout.jpgL’histoire :

Maggie Grace, cette pomme, se fait de nouveau kidnapper parce qu’elle est particulièrement malchanceuse ou complétement stupide. Peut-être les deux, qui sait. Cette fois-ci point d’albanais ou être immigrés dans l’illégalité mais une prison de haute sécurité dans l’espace.

 

L’avis de Graspone :

Cela fait longtemps que Luc Besson ne fait plus de cinéma. Il se contente aujourd’hui d’être le Quick du cinéma fast-food. En gros, il essaye d’imiter Mc Donald’s (Hollywood) mais en rajoutant une « French Touch ». Le résultat est quasiment à chaque fois un batard mal fini n’ayant pas les moyens de ces ambitions. Ces productions n’apportant rien de nouveau au genre qu’elle explore, les films n’ont absolument aucune sorte d’intérêt.

 

C’est à un classique du cinéma non conventionnel que s’attaque Besson. En effet, au lieu de se creuser la tête pour avoir une idée originale, Besson se contente de reprendre l’idée de « New York 1997 » : Un membre de la famille présidentielle se retrouve coincé dans une prison où se retrouvent les pires racailles de la galaxie.

 

Si « NY 1997 » avait une profondeur du fait de sa dénonciation de la société américaine et de ses dérives, Luc a décidé de ne pas s’embêter avec ce genre de détails. Pourquoi, me direz-vous ? Tout simplement parce que le public qu’il vise premièrement ne comprendrait pas, et deuxièmement n’apprécierait pas ce genre de double lecture. Le résultat est un film sans aucune sorte d’intelligence. Même pire, un film d’une bêtise dont seuls des étrons comme « Basic Instint 2 » peuvent se targuer d’être plus vide.

 

C’est alors que le phénomène Quick est le plus frappant. Dès les premières minutes du fiasco, il est clair que l’on n’a pas affaire à un film américain et que le budget est passé dans autre chose que les effets spéciaux.  On se croirait en 1995 tellement ces derniers sont ridicules et laids. Il n’y a pas que ça, les dialogues sont mauvais, la mise en scène est digne d’un amateur et l’histoire est bourrée de tellement de raccourcis qu’on ne peut que rire devant tant de bêtise.

 

Tout est-il a jeté pour autant ? Eh bien non. Il y a le personnage interprété par Guy Pearce. Et là, la colère monte ! Je m’explique : Ce personnage est tellement bon, ses répliques tellement bien trouvées, son interprétation d’anti-héro tellement balèze, qu’il est regrettable que le reste du film n’est pas subit un sort identique. Si cela avait été le cas, nous aurions sans doute eu un des meilleurs films de l’année mais au lieu de ça, il s’agit d’une des pires bouses de la galaxie.

 

En résumé, « Lock Out » est un pur gâchis surtout quand on voit le travail effectué sur son personnage principal, excellent, et qu’on le compare à tout le reste du film, à jeter.

 

La note de Graspone : 1/20 (rien que Guy Pearce mériterait que la note monte mais le reste est trop mauvais).

Repost 0
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 13:56

Securite-rapprochee.jpgL'histoire:


Matt Weston s'ennuie ferme dans la cache de la CIA dont il est responsable. Il ne fait rien et ça ne risque pas de l'aider à gravir les échelons. Tout cela va changer quand Tobin Frost, un ex agent de la CIA recherché pour divers crimes, arrive chez lui. Alors que tout se passe comme prévu (torture, questionnement, etc...), le batiment est pris d'assault. Matt devra fuir avec Tobin en essayant de survivre et d'amener Tobin devant la justice.

 

La critique de Graspone:

 

J'aime beaucoup Denzel Washington. C'est un acteur avec une justesse et un professionnalisme impressionnants. Malheureusement pour lui, il a le même défaut que Johnny Depp, il ne sait pas se renouveller. Du coup, on retrouve ce cher Denzel toujours dans les mêmes productions avec le même genre de personnage à interpréter et quasiment toujours les mêmes situations. Comme Depp, on ne l'a jamais vu, et on ne le verra sans doute jamais, dans une comédie ou dans un rôle léger ou à contre-courant de ses habitudes. Mais, contrairement à J. Depp, il n'a pas un Tim Burton sous le coude. Au mieux, il a un Tony Scott. La vie est plus "dure" pour certains. Non pas que Tim Burton soit encore un bon réalisateur, bien au contraire, mais tout le monde adore se gargariser en disant à quel point ses films sont géniaux alors qu'il n'a rien fait d'original depuis plus d'une décennie et que ses dernières productions sont au mieux ridicules, au pire des étrons (cf. "Alice au pays des merveilles").

 

Alors si vous rechercher un nouveau Denzel ou que vous êtes à l'affut d'un film d'action renouvellé avec de nouveaux codes, une manière différente de voir les choses autant rester chez vous. Ne perdez pas votre temps à aller voir ce film. Ce film est fait pour les amateurs de Mc Do. Ce n'est pas très bon, on préfère vite oublier ce qu'on a mangé mais on sait où on va, on connait et on est habitué.

 

Les acteurs font leur travail, sans plus. On est pas plus touché par les rebondissements que par une mise en scène plutôt conventionelle. L'ennui n'est pas de la partie, cependant le film souffre de quelques longueurs dans ces phases de transitions.

 

En bref, c'est un film d'action tout ce qu'il y a de plus vu et revu. Si vous voulez juste poser votre cerveau et aller en terrain connu alors vous apprécierez.

 

La note de Graspone: 8/20

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 10:30

Chronicle.jpgL’histoire :

 

Trois jeunes  américains sans histoires ou presque découvre au fond d’une grotte un objet bizarre. L’objet en question semble avoir des propriétés bizarres. Les jeunes découvrent alors qu’ils ont été changés par cet objet et que, désormais, ils ont des pouvoirs magiques.

 

L’avis de Graspone :

 

Oui je sais ce que vous allez vous dire : « Encore un film avec des super-héros qui ont des supers pouvoirs ! ». Eh bien, non ! Pas tout à fait en tout cas. Pour les supers pouvoirs oui, mais pour les super-héros, pas du tout et c’est ce qui donne à ce film un cachet particulier.

 

Au lieu de nous servir l’habituel plat du pékin quelconque qui se fait maltraité par tout le monde, qui découvre qu’il a des pouvoirs et qui décide, on ne sait pas pourquoi, de défendre la veuve et l’orphelin, ici c’est une approche beaucoup plus proche de nous. En effet, si j’avais eu des pouvoirs tels que les leurs à leur âge, j’aurais sans doute fait tout un tas de bêtises dont celles du film. Il est alors facile de s’identifier à ces jeunes. Mis à part le fait qu’ils soient américains et que, comme tout le monde le sait, les américains ne sont vraiment pas comme nous.

 

L’histoire fait donc la part belle à la découverte des différentes possibilités offertes par ces pouvoirs et l’excitation de leur utilisation. Le tournant dramatique de la chose est plutôt bien amené et même si les acteurs ne resteront pas dans les mémoires, ils font un travail suffisamment bon pour nous entraîner dans leurs aventures.

 

Techniquement, c'est du "Cloverfield" donc si nvous n'appréciez pas cette effet caméra numérique d'amateur, genre le film que l'on peut faire soi-même, ne perdez pas votre temps à aller voir "Chronicle". On est désormais habitué à ce style qui se veut plus proche, plus réaliste et je dois avouer que, pour une fois, l'effet recherché est plutôt réussi.

En bref, si vous cherchez du Batman ou du Spiderman avec des gens qui se battent pour sauver le monde avec des effets spéciaux et une réalisation à la Michael Bay, passer votre chemin. Au contraire si vous voulez voir une autre façade des pouvoirs surnaturels, "Chronicle" est une excellente alternative.

 

La note de Graspone: 13/20

Repost 0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 18:05

la taupeL’histoire :

 

Nous sommes en 1973. La guerre froide bas son plein et tout le monde est à la recherche de la denrée la plus convoitée : les secrets. Le meilleur moyen d’en obtenir est de réussir à infiltrer ses agents dans les services secrets étrangers. C’est alors que se déclenche une crise sans précédent dans les services secret britannique : Il y aurait une taupe parmi les espions de sa Majesté.

 

 

La critique de Graspone :


Si pour vous un film d’espion c’est James Bond avec de jolies pépés et des gadgets, ou alors un Mission impossible avec de jolies pépés et un scientologue, ou même un Jason Bourne avec une jolie pépé et Matt Damon, passez votre chemin. D’ailleurs, si vous n’aimez pas les films qui prennent leur temps, qui sont même parfois lent, qui font passer leur message parfois à l’aide de regards ou d’un sourire, d’une pause, ne prenez pas la peine d’aller voir « La taupe », ce film n’est pas pour vous.

 

Si au contraire, ce genre de cinéma ne vous dérange pas ou vous sied tout à fait alors il vous ai impossible de manquer cet excellent film. N’étant pas un film très pêchu, c’est plutôt d’autres aspects qui sont mis en avant. Les acteurs sont juste impeccable de justesse mais peut être trop sur la retenue parfois. Il manque d’un peu de spontanéité quelque fois même si les différents protagonistes font un travail formidable. Il n’est pas étonnant que Gary Oldman ait été nominé aux oscars tant il est incroyable dans ce rôle. Faisant presque oublier ses collègues, pourtant aussi excellents.

 

Il n’y a pas que les acteurs, la musique est presque parfaite et contribue à installer ce climat de tension tout au long du film. La mise en scène est là aussi impeccable et assène par petits à-coups les éléments permettant au public de se plonger dans l’histoire et chercher qui peut être la taupe. Je ne saurai que trop conseiller d’aller le voir avec un calepin et un crayon ou alors mieux, une mémoire d’éléphant, car il y a beaucoup de personnages  et il est facile de se perdre dans ce dédale. La lenteur du film permet de retomber sur ses pattes la plupart du temps mais ce n’est pas toujours évident.

 

En bref, « La taupe » s’est bel et bien infiltré parmi les films de l’année mais n’est conseillé qu’à un public qui n’a rien contre les films qui aiment prendre leur temps.

 

 

La note de Graspone : 15/20

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 10:57

Sherlock-Holmes.jpgL’histoire :

 

Sherlock Holmes revient. Pour sauver le monde. Encore.

 

La critique de Graspone :

 

Ouais, je sais, je ne me suis pas foulé pour le résumé de l’histoire mais c’est qu’il n’y a pas grand-chose à en dire de cette histoire. Elle ne sert que de faire-valoir au duo Robert Downey Jr/Jude Law. D’ailleurs, c’est ce sentiment que l’on retrouve tout le long du film.

 

Tout d’abord, si vous avez aimez le premier et que vous recherchez le même film avec quelques trucs en plus, vous allez être ravis. Rien ne change vraiment, tout est plutôt augmenté. Plus d’action, plus de cascades, plus d’explosions, plus de combats. Si les fans du premier opus ne seront pas désorientés, puisque ce film est fait pour eux, ceux qui découvrent risquent d’être plus perplexes notamment de voir un Sherlock se battant comme un moine Shaolin. C'est une version action hollywoodienne de Sherlock Holmes qui est proposé ici. Si vous vous attendez à un héros anglais, posé et tranquille, passez votre chemin.  


Il n’y aurait pas de souci à cela si cet opus avait une profondeur. Malheureusement, il reste trop superficiel. Les décors sont trop propres, les énigmes faussement alambiquées pour donner l’impression que Sherlock est un génie, les combats beaucoup trop prévisibles. Tout cela fait qu’il est difficile de rentrer dans l’histoire, de s’identifier aux personnages ou même d’avoir peur pour eux. Il y a plutôt ce sentiment que tout est planifié et que rien de bien méchant ne peut arriver. S’il est vrai que c’est le cas de la grande majorité des productions hollywoodiennes, certaines arrivent à mieux le cacher. Pour faire simple, on ne se demande pas si ils vont s’en sortir mais plutôt par quel entourloupe. C’est exactement le même sentiment que dans « Ocean’s Eleven ».

 

On pouvait espérer alors que les acteurs pourraient rajouter un petit quelque chose. Eh bien, non c’est raté. Mis à part le duo star, qui est juste impeccable, le reste du casting est inexistant ou ennuyant. Le grand méchant a le charisme d’une huitre et ne respire pas l’intelligence qu’il devrait avoir. L’héroïne ne sert strictement à rien et fait regretter Rachel Mc Adams. Et les autres…. On les oublie bien vite.

 

En bref, ce « Sherlock Holmes 2 » s’adresse plus particulièrement à ceux qui ont vu et apprécié le premier. Les autres et ceux qui découvrent risquent d’être déboussolés et/ou ennuyés par cet épisode. Allez, Le 3 sera mieux.

 

La note de Graspone : 8/20 (12/20 pour ceux qui ont aimé le premier)

Repost 0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 12:27

The-Darkest-Hour.jpgL'histoire:

Chris Gorak a toujours rêvé de réaliser "Independance Day". Malheureusement pour lui, il était trop jeune pour réaliser le premier et Will Smith demande bien trop cher pour le deuxième. Déçu par la vénalité du Fresh Prince, Chris ne se décourage pas et sort l'artillerie lourde. Il a l'idée géniale d'aller chercher de jeunes acteurs qui ne demandent qu’une chose: Jouer dans un film à gros budget. Ils sont mauvais? Ce n’est pas grave! En route pour l'aventure.

La critique de Graspone (prononcez Grapone):

Ouais! Cinégras est de retour! J'en avais l'envie depuis quelques temps et j'aurais pu faire la critique de films tel que "Intouchables" ou encore "Polisse" mais faire son retour avec les critiques de films de haute qualité est d'un ennui mortel. A la place, je vous ai dégoté une espèce d'ovni cinématographique.

Il y a eu, ces derniers temps, beaucoup de films mettant en scène l'attaque de la Terre par des extraterrestres (Skyline, World Invasion: Battle Los Angeles, District 9, Monsters,...), j'en passe et des bien pires. Alors, vous me direz, comment vont faire Chris et ses jeunes acolytes pour se différencier? Que vont-ils amener de nouveau au genre? Comment vont-ils faire pour nous surprendre, nous émerveiller? Eh bien, la réponse à toutes ces questions tient en quelques mots: Que dalle. Walou. Le vent de l'ouest. Nada. Kopec. Peau de z... Bon je m'arrête là avant de déraper.

Ce film n'apporte donc absolument rien de nouveau au genre. Il se contente de reprendre les grands axes déjà développés par la plupart des autres productions existantes :
1. La vie est belle 2. Tiens, c'est quoi ça? 3. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah!! 4. Prends, ça dans ta tronch... Aaaaaaaaaaaaaaaaah!! 5. Ah, non c'est comme ça qu'il faut faire 6. Baiser (sur la bouche) et clap de fin.

Ce n'est pas la première fois qu'un réalisateur en manque d'inspiration et avec de trop gros moyens se contente du strict minimum concernant la partie scénario de son film mais là c'est juste flippant. C'est presque aussi ridicule que "Les trois mousquetaires 3D" (va falloir que je vous en parle de celui-là, tiens). Les raccourcis scénaristiques sont si gros (cf.: la scène du bateau se terminant dans un BUS??!!) que même les personnes qu’on qualifiera de bon public (pour rester poli) ne pourront feindre de ne pas les voir. Cela est d’abord agaçant puis devient totalement hilarant sur la fin.

Pour ne pas que les scénaristes passent tous seuls pour des abrutis finis, les dialogues ont été confiés à un mixe entre Michel Leeb (pour les clichés limites racistes) et un gars un peu dérangé qui passait par là. Chris n'avait même pas envie de filmer les dialogues puisque les personnages passent tout le début du film à parler à voix basse à on ne sait qui. Ouais, ils racontent n'importe quoi et ils parlent tout seuls en plus. Totalement incroyable.

On pourrait espérer que les acteurs « bon marché » auraient tout donné pour essayer de sauver le film du naufrage mais ils ont eux-mêmes donné des coups de haches dans la coque pour couler plus vite. Les ricains sont belles et beaux gosses, le suédois blond et les russes vieux et/ou bourrus. Voilà leur principales "qualités" en tant qu'acteurs.

La mise en scène est d'un ridicule pathétique n'arrivant jamais à installer une quelconque tension. De plus, le design des E.T. n'arrange pas les choses. On peut effectivement taxer "World Invasion" d'américanisme dégoulinant, entre autres défauts, mais, ceci mis à part, le film a un certain punch et tient en haleine ce qui donne envie de voir la suite. Ici, rien de tout ça. On ne sursaute même pas, on n'a pas peur! C'est quand même la base! La Terre est attaquée, c'est quand même pas l'histoire du voisin Roger à qui on a voler 4 poules! Quitte à manger McDo autant caché le vrai gout avec des sauces qui masquent tout. Eh bien là, non. On s'ennuie ferme du début à la fin, et ce, même quand certains protagonistes meurent. Dans d'atroces souffrances, j'espère.

Pour finir, Je citerai simplement Jean Pierre Coffe: "Comment ça, du ciné en sachet mais c'est d'la mer.., les enfants!!". Même pire que Shrek 2 et 3. Non, je plaisante, mais c'est du même niveau.

La note de Graspone: 4/20

Repost 0